Explorations futures : les thématiques à privilégier

Explorations futures : mes thématiques à prioriser
Par défaut

Dans ma dernière infolettre, j’ai demandé aux lecteurs et lectrices de voter pour m’aider à faire un choix des thématiques à privilégier pour mes explorations intellectuelles à venir. Les résultats sont là 🙂

Cela fait un moment que je veux aborder la façon de choisir les « grands sujets ». Dans les échanges que j’ai avec certain-es parmi vous qui me lisez, la notion de choix revient souvent : « je n’ai pas le temps de tout faire ». Prioriser aide, comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire quand on a parlé gestion du temps.

Cependant, la question de comment faire le tri dans les activités qui nous plaisent reste entière. Alors, je me dis que le meilleur moment pour parler de ce sujet est maintenant. Parce que choisir des thématiques à privilégier est un exemple flagrant de comment choisir parmi différents plaisirs.

Allons-y donc pour un petit guide de la démarche. Si ça ne vous intéresse pas, scrollez pour les résultats 😉

la suite…

Ranger sa maison, ranger sa tête #mykonmari

Ranger sa maison, c'est aussi et surtout ranger sa tête. Petite exploration de la méthode #mykonmari avec des trucs et astuces !
Par défaut

Après avoir longuement hésité, j’ai décidé qu’une façon chouette de faire sa rétrospective après neuf mois de confinement-télétravail-confinement-télétravail, c’est de parler rangement et maison. Cliché oblige, on est beaucoup resté-es à la maison en 2020. Est-ce que pour autant on a eu l’opportunité de ranger (sa maison, sa tête,…) ? La question n’est pas si vite répondue.

Je ne sais pas vous, mais pour moi, 2020 a été une assez bonne année. C’est vrai, je n’ai pas pu autant voyager que j’aurais aimé, ni autant retrouver des gens que j’apprécie. Mais j’ai pu me poser et me pauser sur des sujets significatifs. Ce qui, j’avoue, a été essentiel pour mon équilibre… et pour mon amour propre aussi.

L’un des trucs que j’ai saisi au vol est l’impact du rangement. J’ai toujours su que ça me nettoie la tête. Mais organiser mon environnement immédiat – qui est finalement mon environnement principal – est devenu essentiel avec l’année qui vient de s’écouler. J’avais déjà fait un tri vêtement à l’automne. Mais là, il s’agissait plutôt de se concentrer sur la maison plus largement : les vêtements et chaussures, c’est une chose ; mais quid des livres, bibelots et autres ustensiles de cuisine ?

la suite…

Les dons 2019

Donation. Photo by Christian Dubovan on Unsplash
Par défaut

Comme tous les ans, je finalise ma campagne personnelle de dons. Contrairement à d’autres années, j’en parle publiquement. C’est important de le faire pour motiver d’autres personnes à contribuer et à soutenir les activités de recherche, de protection des personnes vulnérables, etc.

Voici donc ma liste :

  • Croix Rouge : je donne avec ma carte Ticket Restos/Edenred. De nombreuses applis permettent de le faire sans aucune difficulté (e.g. Frichti,…). Ainsi par ex. on peut faire 1€ tous les jours vu que le montant journalier est limité à 19€.
  • Planning familial : la page de dons est très bien faite et explique ce que permettent les différents montants. On peut donner par CB ou par chèque.
  • Internet Archive : la page de dons liste de nombreuses façons de faire un dons (CB, PayPal, diverses cryptomonnaies). Attention, organisme américain, donc pas de déductibilité fiscale en France.
  • Secours Populaire : la page propose de nombreuses façons de donner y compris par SMS ou encore en titres restaurant (tickets ou via différentes cartes type Edenred).
  • Institut Pasteur : c’est l’institut de recherche où j’ai passé de belles et passionnantes années dans une précédente vie 🙂 Son travail est extrêmement important, comme celui des autres centres de recherche, surtout en période de disette budgétaire. La page qui explique les raisons de soutenir et le formulaire de dons sont séparés ; cette dernière permet de se ré-identifier d’année en année si on privilégie le don ponctuel.
  • Observatoire International des Prisons, section française : les dons par CB sont privilégiés, même si on peut opter pour d’autres moyens.
  • La Cimade : je donne même si c’est écrit « crypté » sur leur page de dons 😉 on peut donner par CB, PayPal ou chèque.
  • Fondation AP-HP : dons récurrents ou uniques par CB.
  • OpenFoodFacts : les dons se font via HelloAsso que l’on peut soutenir par la même occasion.

D’autres ont donné à d’autres causes 🙂

Voici également une dépêche LinuxFr complète avec des éclaircissements sur les aspects fiscaux.

Organiser un évènement : 101 manières de vous vautrer pitoyablement

Par défaut

Maintenant que j’ai enfin géré les soucis techniques avec ce blog suite à la migration de 1&1 à OVH, voilà que je me prends à faire un billet de (mauvaise) humeur : les invitations à des évènements.

Je parle souvent en public, j’interviens également à des évènements privés (séminaires d’entreprise, etc.). Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire ailleurs, mon engagement suite à la publication de « La face cachée d’Internet » a été d’accompagner la lecture, de ne pas laisser seule face au livre la personne qui découvre le sujet complexe de la confiance au numérique. Cet engagement m’a amenée à parcourir les terres européennes en long et en large, parfois jusqu’à 3 fois par semaine et ce, en plus de mon travail. Fatiguant, épuisant même, mais la plupart du temps, terriblement satisfaisant sur le plan humain.

The elephant in the room, comme disent les anglo-saxons, est l’organisateur. En réalité, c’est cette fonction qui garantit la réussite d’un évènement. Et autant quand je faisais beaucoup d’associatif et quand je commençais mon activité d’indépendante (il y a plusieurs années, quoi), j’en organisais, autant depuis 3-4 ans, je ne fais pratiquement qu’à assister à des évènements. Et à force d’y assister, j’en ai vu plein, des organisateurs. Si j’ai décidé de sévèrement réduire ma participation à des évènements, c’est en grande partie à cause de la manière hallucinante (pour ne pas dire insultante) qu’ont beaucoup à aborder leurs potentiels intervenants. Florilège issu de mon expérience.

la suite…

Nous qui désirons sans fin

Par défaut

Il y a un an, je suis allée chercher des fleurs. Les mottes en ont toujours un chiffre impair. J’ai pris des renoncules blancs en demandant à la fleuriste d’en retirer un pour que je n’en garde que 4. « Je mets votre nom à côté du 5e, revenez le chercher cet après-midi », m’a-t-elle dit doucement alors que je m’en allais.

J’étais là, dans le métro, plantée au beau milieu de la puanteur des canalisations et de la bousculade parisienne, déphasée plus que de raison, avec mes quatre renoncules blancs en cette grise matinée d’un jour ouvré. Le jour où j’ai assisté à la crémation de ma plus proche amie.

la suite…

Le créateur du bitcoin est inconnu. Mais pourquoi tant vouloir l’être ?

Qui est Satoshi Nakamoto ? Pourquoi d'autres veulent tant convaincre le monde d'être le créateur du bitcoin ? Des rebondissement dignes d'un thriller.
Par défaut

Qui est Satoshi Nakamoto ? Pourquoi Craig Wright a-t-il tant voulu convaincre le monde d’être le créateur du bitcoin ? Que de rebondissements dignes d’un thriller.

Si les mystères du bitcoin peuvent être élucidés rapidement à l’aide de quelques articles de vulgarisation, le secret autour de son créateur reste entier. Journalistes du monde entier comme enquêteurs amateurs : depuis la création du bitcoin en 2009, chacun joue les Sherlock Holmes pour tenter de le démasquer. Ce n’est pas une histoire de passe-temps favori. Comme on le verra plus bas, savoir qui a la paternité du bitcoin peut être d’une importance capitale.

la suite…

Humeur : la ministre française de l’éducation s’exprime sur le classement de Shanghai

Par défaut

BooksCet article est également disponible en Anglais.

Le quotidien français Libération organise régulièrement des tchats où des questions sont posées à des personnalités politiques différentes. Le 15 septembre, l’invité était Mme Valérie Pécresse, la ministre de l’Éducation et de la Recherche. Elle a répondu à plusieurs questions intéressantes et, parmi elles, une sur le classement de Shanghai publié il n’y a pas longtemps. Je préfère rire que pleurer de désespoir quand je lis ça …

Brevia : Viande d’animaux clonés dans les assiettes des anglais

Par défaut

VacheLa Food Standards Agency (FSA), l’Agence de la sécurité des aliments anglaise, a sortie un petit communiqué de presse hier 3 août où elle indique que de la viande en provenance d’animaux clonés a été introduite dans la consommation du pays l’an dernier. Le communiqué précise que les steaks de la progéniture clonée d’une Margueurite américaine se sont retrouvés dans les assiettes de nos voisins britanniques. Par ailleurs, la FSA annonce tracker un autre clone qui est lui fournisseur de lait, mais il n’est pas encore clair si ce lait est entré dans la chaîne alimentaire britannique.

La FSA fait bien de rappeler, dans son communiqué, que l’introduction de viande et lait issus d’animaux clonés est soumise à une réglementation stricte…

Crédit photo : Belle vache, licence CC Atribution Licence 2.5

Brevia : Le ministère de l’agriculture a autorisé un maïs OGM, en dépit des réglementations en vigueur

Par défaut

Voici que le Journal officiel a publié, le 20 juillet 2010, un décret selon lequel le ministère de l’Agriculture modifie le Catalogue officiel des espèces et variétés de plantes cultivées en France en y inscrivant un maïs OGM. Selon des représentants du ministère en question, ce maïs est uniquement destiné à la commercialisation mais non à la culture. C’est rassurant.

Source : Info France2 avec AFP